La recherche de l'IGN

Soutenances d'habilitation à diriger des recherches


12 décembre 2016 à 13h00 à l'ENSG


  • Julien Perret soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l'ENSG (Champs-sur-Marne, salle Picard, plan d'accès) sur le thème :

    Des données spatio-temporelles aux dynamiques urbaines,

    Résumé La ville est un système complexe façonné par des dynamiques opérant à des échelles différentes. En tant que chercheur en sciences de l'information géographique travaillant dans l'interdisciplinarité, je travaille en collaboration avec des spécialistes du transport, des géographes, des urbanistes, des historiens, des démographes, et des physiciens, afin de proposer de meilleurs outils, modèles et données pour l'étude multi-échelle des dynamiques urbaines. Je présente mes contributions dans un ordre correspondant à l'échelle spatiale, de la plus large à la plus fine : la très grande échelle pour les questions liées à la mobilité, la grande échelle pour celles liées à l'urbanisme et la petite échelle pour les questions liées à l'évolution du territoire dans le temps long.
    Pour chaque partie, je vais m'attacher à proposer un cheminement commun : tout d'abord la question des sources d'information, des connaissances manipulées, leur représentation, leur stockage ; ensuite, la question de l'analyse de ces données, de leur enrichissement, de leur croisement ; enfin, l'interaction avec ces données et leur visualisation, interprétation, validation, et correction par des utilisateurs.

    Composition du jury

    • Anne Bretagnolle, Professeur, Université Paris 1, Rapporteur
    • Christophe Claramunt, Professeur, École Navale, Examinateur,
    • Thomas Devogele, Professeur, Université, François-Rabelais de Tours, Rapporteur,
    • Maurizio Gribaudi, Directeur d'Études, Examinateur,
    • Sébastien Mustière, Ingénieur des Travaux Géographiques et Cartographiques de l'État (HDR), IGN, Examinateur,
    • Jean-Pierre Nadal, Directeur de Recherche, CNRS & Directeur d'Études, EHESS, Rapporteur,
    • Nicolas Paparoditis, Directeur de Recherche, IGN, Examinateur,
    • Christiane Weber, Directrice de Recherche, CNRS, Examinatrice.

5 décembre 2016 - 14H30


  • Bruno Vallet soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l'ENSG (Champs-sur-Marne, salle Picard, plan d'accès) sur le thème :

    Analyse et reconstruction de scènes urbaines

    Résumé La population des pays développés habite maintenant majoritairement le milieu urbain et sa densification pose de nombreux problèmes. Les réponses apportées à ces problèmes doivent reposer sur une information fiable, précise, détaillée et actuelle de ces scènes urbaines. Ce besoin explique l'essor de nouvelles plate-formes d'acquisition (cartographie mobile, drones,...) s'ajoutant aux plate-formes plus anciennes (aérien, satellite) pour améliorer la description de ces scènes. Ainsi, le travail de ce mémoire s'intéresse à l'ensemble des méthodes qui permettent de passer des données brutes d'acquisition (image et Lidar) à partir de ces plates-formes à une représentation structurée et sémantique utile de la scène, et en particulier aux quatre grandes thématiques de la remise en géométrie, de l'analyse, de la reconstruction et de la texturation dont les périmètres seront définis précisément. Les spécificités de ce travail de recherche seront ensuite détaillées: l'exploitation optimale de l'information, la fidélité, le travail en "vraie" 3D, la prise en compte de la dimension temporelle et l'exploitation des complémentarités entre données et entre méthodologies. Le manuscrit aborde enfin deux thèmes transversaux aux précédents: l'optimisation et le passage à l'échelle.

    Composition du jury

    • Dr. Valérie Gouet-Brunet - IGN- examinatrice
    • Pr. Pierre Grussenmeyer - INSA Strasbourg - examinateur
    • Pr. Christian Heipke - Université de Hanovre, Allemagne - rapporteur
    • Dr. Nicolas Paparoditis - IGN - examinateur
    • Dr. Patrick Rives - INRIA Sophia-Antipolis - examinateur
    • Pr. Laurent Trassoudaine - Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand - rapporteur
    • Pr. Florence Tupin - Télécom ParisTech - examinatrice
    • Pr. Nicole Vincent - Université Paris V - rapporteur



5 décembre 2016 - 9H


  • Clément Mallet soutiendra son habilitation à diriger des recherches à l'ENSG (Champs-sur-Marne, salle Picard, plan d'accès) sur le thème :

    Outils pour des occupations du sol opérationnelles et à très haute résolution spatiale

    Résumé la télédétection est désormais reconnue comme le moyen le plus fiable pour la génération de cartes d'occupation du sol (OCS) aux échelles mondiales, européennes, nationales et locales. Dans nos recherches, nous nous sommes focalisés sur le développement de techniques d'analyse de données de télédétection de différentes natures physiques (images aériennes/satellites multi-spectrales, nuages de points lidar 3D), à très haute résolution spatiale pour l'OCS. Nous avons spécifiquement cherché à les rendre compatibles avec des contraintes opérationnelles telles que celles de l'IGN (automatisation, temps de calcul, passage à l'échelle, évaluation de nouveaux capteurs, exploitation de bases de données topographiques existantes, dualité cartographique/statistique), et applicables à différentes problématiques: génération d'OCS en milieux urbains, naturels et forestiers, mise à jour de bases de données topographiques ou qualification de modèles 3D de villes. Cette présentation détaillera les différents travaux menés et discutera des principales perspectives de recherche dans le domaine.

    Composition du jury

    • Dr. Nicolas Baghdadi - UMR TETIS, Irstea, Montpellier - rapporteur
    • Pr. Paolo Gamba - Université de Pavie, Italie - examinateur
    • Pr. Christian Heipke - Université de Hanovre, Allemagne - examinateur
    • Pr. Laurence Hubert-Moy - LETG Rennes, Costel, Rennes - examinatrice
    • Dr. Nicolas Paparoditis - IGN - examinateur
    • Dr. Laurent Polidori - CESBIO, Toulouse - examinateur
    • Pr. Konrad Schindler - ETH Zürich, Suisse - rapporteur
    • Pr. Florence Tupin - Télécom ParisTech - rapporteur



Juin 2016


  • Cécile Duchêne soutiendra son habilitation à diriger des recherches sur le thème

    Automatisation de la généralisation cartographique
    Relations et interactions, orchestration et approches multi-agents

    Relations et interactions, orchestration et approches multi-agents , le lundi 20 juin 2016, à 15h, à l'ENSG dans la salle Mercator.

    Résumé La généralisation cartographique est un processus qui consiste à simplifier l'information contenue dans un jeu de données géographique et à caricaturer la représentation des objets conservés, pour pouvoir les afficher de manière lisible à une échelle donnée sur papier ou à l’écran. L’automatisation de la généralisation cartographique, étudiée depuis plus de 30 ans dans la communauté scientifique, a d’abord eu pour but de réduire les coûts et délais de production des cartes topographiques comme celles produites par l’IGN, puis de permettre la réalisation automatique de cartes « à la demande » à partir de données topographiques ou autres, pour des besoins variés. Avec les applications web et mobiles, les données collaboratives et le mouvement open data, la carte est devenue un support de décision omniprésent et disposer de processus de généralisation automatiques performants est un enjeu important pour la production de cartes efficaces.
    Les recherches que j’ai menées depuis 2004 dans la continuité de ma thèse portent essentiellement sur la généralisation automatique de données topographiques, notamment à l’aide d’approches multi-agents : les objets de la carte sont modélisées comme des entités autonomes (agents) qui agissent, guidés par des heuristiques, pour satisfaire des contraintes de lisibilité et de préservation de leurs caractéristiques et relations spatiales. Les questions étudiées concernent en particulier :

    • la modélisation et la prise en compte des relations dans un processus de généralisation ou de transformation de données géographiques,
    • la modélisation orientée agent, le multi-niveau et les types d’interactions associés dans un processus de généralisation,
    • l’orchestration d’un processus de généralisation orienté agent ou non,
    • la modélisation et la révision des connaissances guidant un processus de généralisation.

    Composition du jury

    Mme Bénédicte Bucher, Examinateur, Ingénieur en chef des Ponts, Eaux et Forêts, HDR, IGN
    M. Thomas Devogele, Examinateur, Professeur des Universités, Université François-Rabelais de Tours
    M. Philippe Mathieu, Examinateur, Professeur des Universités, Université Lille 1
    M. Bernard Moulin, Rapporteur, Professeur, Université Laval (Québec)
    Mme Anne Ruas, Examinateur, Ingénieur en chef des Ponts, Eaux et Forêts, HDR, IFSTTAR
    M. Eric Saux, Rapporteur, Maître de Conférences, HDR, Ecole Navale
    M. Robert Weibel, Rapporteur, Professeur, Université de Zürich (Suisse)



Mars 2014


  • Sébastien Mustière soutiendra son habilitation à diriger des recherches sur le thème de l'intégration de données géographiques, le 14 mars 2014, à 14h, à l'ENSG, en amphi Picard.

    Résumé Les données géographiques sont tous les jours plus nombreuses et plus accessibles, du fait de l'amélioration des techniques informatiques de gestion et diffusion de données, de la démocratisation des capteurs, et des transformations politiques et sociétales. Nous disposons donc d'une multitude de données reflétant divers points de vue sur un même espace géographique, données qui se différencient par leur niveau de détail, leur contenu thématique, leur choix d'organisation ou leur qualité. Cela n'est pas nouveau, cartes à différentes échelles, portant sur différentes thématiques et de différentes qualités ont toujours existé. Mais l'évolution de la forme de ces données, de l'image de la carte aux données structurées d'une base de données, rend maintenant possible leur combinaison plus fine qu'une simple superposition visuelle. Cette diversité des données est avant tout un atout considérable pour les utilisateurs et producteurs de données géographiques. Encore faut-il que l'hétérogénéité des données ne soit pas un obstacle trop fort à leur analyse conjointe. Pour cela, des techniques d'intégration de données sont nécessaires. Nous entendons ici l'intégration comme l'identification et le traitement des similitudes et des différences entre deux jeux de données, les similitudes étant les points d'accroche permettant d'assembler les données, les différences étant ce qui fait autant la richesse que la difficulté de l'intégration. Dans cette synthèse de travaux de recherche, nous revenons sur plusieurs travaux réalisés ou encadrés autour de la question de l'intégration de données géographiques. Les premiers visent à appréhender finement la sémantique des données à travers la formalisation de leurs spécifications. D'autres visent à définir des mécanismes d'appariement de données, mécanismes nécessitant des outils d'analyse spatiale fins, ainsi que des outils de prise de décision multicritères. Et certains, enfin, se concentrent sur la détection des incohérences entre représentations.

    Composition du jury
    Bénédicte Bucher, examinateur (IGN)
    Anne Doucet, rapporteur (université de Paris VI)
    Mauro Gaio, examinateur (Université de Pau et des Pays de l'Adour)
    Hervé Martin, rapporteur (université de Grenoble)
    Claude Monteil, rapporteur (INP/ENSAT)
    Anne Ruas, examinateur (IFSTTAR)
    Eric Saux, examinateur (Ecole Navale)



Juillet 2012


  • Olivier Bock, directeur de recherche au LAREG, laboratoire de géodésie de l'IGN, a soutenu le 13 juillet 2012 son Habilitation à Diriger des Recherches intitulée "GNSS: géodésie, météorologie et climat".

    Composition du jury :
    Michel CABANE, UPMC Président
    Véronique DUCROCQ, Meteo-France Rapporteur
    Michel DIAMENT, CNRS Rapporteur
    Bernard FONTAINE, CNRS Rapporteur
    Pierre BRIOLE, CNRS Examinateur
    Jacques PELON, CNRS Examinateur
    Zuheir ALTAMIMI, IGN Examinateur

    Résumé : Les systèmes de positionnement et de navigation par satellite (GNSS) ont connu un formidable essor au cours des deux dernières décennies. Le recours au positionnement précis est maintenant intégré à notre vie quotidienne (téléphones portables, systèmes de radionavigation terrestre, aérienne et maritime). Les GNSS participent aussi au maintien des références géodésiques nationales et internationales et à la prévision météorologique. Ces deux applications scientifiques requièrent une mise en œuvre rigoureuse des équipements et un traitement sophistiqué des mesures. Elles ont stimulé d'incessantes recherches méthodologiques dans le but d'améliorer toujours plus la précision des positions des stations et des estimations d'humidité dans l'atmosphère. Elles possèdent également un fort potentiel pour l'étude de la variabilité climatique. Je reviendrai sur les résultats des recherches que j'ai menées au LATMOS et à l'IGN depuis une douzaine d'années dans le domaine de la télédétection de la vapeur d'eau atmosphérique utilisant les techniques GNSS et lidar Raman et de leurs applications au positionnement et à l'étude du cycle de l'eau atmosphérique.


Décembre 2009


  • Bénédicte Bucher a soutenu le jeudi 17 décembre 2009 son habilitation à diriger des recherches en Informatique et Sciences de l'Information Géographique de l'Université Paris Est Marne la Vallée. Son mémoire est intitulé « Vers la Diffusion en Ligne d'Information Géographique sur Mesure ».

    Le jury était composé de :
    Anne Ruas (laboratoire COGIT), directrice d'habilitation,
    Anne Doucet (Université Paris VI), rapporteur,
    Thérèse Libourel (Université de Montpellier II), examinatrice,
    Gabriella Salzano (Université Paris Est Marne la Vallée), examinatrice,
    Christophe Claramunt (Institut de Recherche de l'Ecole Navale), rapporteur, et
    Hervé Martin (Université de Grenoble I), rapporteur.

    Résumé : Dans le domaine de la diffusion en ligne d'information géographique, les évolutions technologiques de l'information géographique numérique et des réseaux de communication ont bouleversé ces dernières années non seulement les besoins et attentes des utilisateurs mais aussi les relations entre les défis techniques et les acteurs susceptibles de les relever. Il s'agit par exemple du Web, du Web2.0, du Web sémantique, des terminaux nomades, des capteurs, de l'informatique ubiquitaire ou encore du phénomène du libre. Ce domaine demeure un enjeu public lié au développement durable, à la gestion du risque ou encore à l'e-gouvernance mais il est aussi devenu une industrie prospère là où les exigences des utilisateurs de réseaux d'information et de terminaux nomades rejoignent suffisamment les moyens actuels. Il est nécessaire, dans ce contexte, d'identifier les verrous scientifiques demandant des propositions venant de la recherche et de conduire de telles propositions de façon complémentaire des travaux conduits par d'autres acteurs, par exemple par d'autres services de l'IGN. Voilà le cadre dans lequel, depuis 2002, j'ai dirigé plusieurs actions de recherche sur la mise en ligne d'information géographique sur mesure. Un premier ensemble de travaux portent sur la diffusion de données : l'enrichissement des métadonnées permet des processus de transformation dynamiques et nous proposons de nouvelles interfaces pour faciliter la présentation d'information complexe à des utilisateurs finaux. D'autres travaux portent sur la diffusion de processus complexes sur mesure. La manipulation de données géographiques nécessite des outils complexes et une forte expertise. Ces outils et cette expertise peuvent être hébergés sur un serveur et exploitées par des utilisateurs sans qu'ils doivent les posséder. Là encore les métadonnées sont un composant clé de la diffusion sur mesure. Un processus spécifique que nous avons particulièrement étudié est la rédaction d'une carte sur mesure. Nous avons conduit plusieurs propositions visant à aider un utilisateur à concevoir en ligne une carte à la légende innovante, personnalisée et efficace.

    Consultez le résumé du mémoire d'habilitation



Mai 2007


  • Habilitation à diriger des recherches de M. Nicolas Paparoditis

    Le 29 mai 2007, M. Nicolas Paparoditis, chercheur au MATIS, a soutenu, salle Robert Génot, son habilitation à diriger des recherches devant un jury composé de : MM. Georges Stamon (Université Paris 5, rapporteur),
    Henri Maître (GET-Télécom Paris, rapporteur),
    Hervé Le Men (IGN, rapporteur),
    Jean-Pierre Cocquerez (UTC Compiègne, examinateur),
    Marc Pierrot Deseilligny (IGN, examinateur) et
    Mme Nicole Vincent (Université Paris 5, examinateur)

    Le mémoire rédigé dans le cadre de cette habilitation sera bientôt disponible en téléchargement sur ce site. Il s'intitule Systèmes de Vision 3D en Géomatique : Application à la Numérisation et à la Modélisation des Environnements Urbains.

    Images géoréférencées de la Photothèque de l'IGN


    Consultez le résumé du mémoire




Novembre 2006


  • Habilitation à diriger des recherches de M. Zuheir Altamimi

    Le 27 novembre 2006, M. Zuheir Altamimi, chercheur au LAREG a soutenu, dans les locaux de l'IGN, son Habilitation à Diriger des Recherches (UPMC) devant un jury composé de Bruno Sicardi (Président), François Barlier, Nicole Capitaine, Fernando Sanso, Georges Balmino, Annie Cazenave et Claude Boucher.

    Son mémoire s'intitule Systèmes de référence terrestres : définition, réalisation, application à l'ITRF, état actuel et perspectives.

    Résumé : Pour diverses applications en sciences de la Terre, ainsi que pour la navigation satellitaire, la géodésie fournit un Repère de Référence Terrestre (RRT) auquel sont rapportés des paramètres qui gouvernent le système Terre: rotation de la Terre et son champ de gravité, mouvement des plaques tectoniques, mouvement du géocentre, etc. Le document d'Habilitation décrit l'apport actuel des techniques de géodésie spatiale aux réalisations de systèmes de référence terrestres en soulignant leurs forces et leurs faiblesses, et en particulier, en tenant compte de la configuration des réseaux actuels des stations d'observation. Alors qu'aucune technique de géodésie spatiale (VLBI, SLR, DORIS et GNSS, incluant le futur système Galileo) ne peut seule fournir à l'heure actuelle tous les éléments de définition du repère terrestre (origine, échelle et orientation) la méthode de combinaison de repères terrestres des différentes techniques est actuellement la méthode standard de réalisation de systèmes de références globaux. En principe, les forces particulières de l'une des techniques peut compenser les faiblesses des autres, si la combinaison est proprement construite, une pondération appropriée est appliquée et des rattachements géodésiques précis entre stations co-localisées sont disponibles. La méthode de combinaison (basée sur une similitude Euclidienne à 14 paramètres) y est décrite en détail, mettant en lumière à la fois ses avantages et les facteurs déterminant ses limites. L'application de cette méthode à la réalisation numérique du système international de référence terrestre (ITRS), appelé repère international de référence terrestre (ITRF), est le coeur central du document. L'historique de l'ITRF, l'évaluation de son exactitude, ses forces et faiblesses et les perspectives de son évolution sont décrites, en mettant l'accent sur les axes de recherche à mener pour son amélioration.




©IGN 2014 | mentions légales

logo IGNSR
L'information grandeur nature
Site internet de la recherche de l'IGN